Options thérapeutiques


Y a-t-il un remède contre l’épilepsie?

Actuellement, il n’y a aucun remède contre l’épilepsie.


Comment l’épilepsie est-elle traitée?

Les crises épileptiques sont normalement traitées par des « anticonvulsivants » (ou « anti-épileptiques »). Ces médicaments ne guérissent pas l’épilepsie ni la prédisposition à l’épilepsie, mais ils aident habituellement à maîtriser l’activité épileptique. Chez environ 50 p. cent des patients, les crises disparaissent complètement et chez 30 p. cent des patients, la fréquence ou l’intensité des crises est diminuée. Chez 20 p. cent des patients, les crises ne sont pas maîtrisées par le traitement médicamenteux conventionnel. Ces patients peuvent nécessiter de plus fortes doses ou plus d’un médicament, ou ils présentent une résistance aux anticonvulsivants.


Quels médicaments sont utilisés dans le traitement de l’épilepsie?

Les anticonvulsivants « classiques » sont le phénobarbital, la primidone (Mysoline), la phénytoïne (Dilantin), la carbamazépine (Tegretol), l’acide valproïque (Depakene), le divalproex sodique (Epival), le clonazépam (Rivotril) et l’éthosuximide (Zarontin). Les « nouveaux » anticonvulsivants sont le clobazam (Frisium), le vigabatrin (Sabril), la gabapentine (Neurontin), la lamotrigine (Lamictal), le topiramate (Topamax) et le diazépam en gel par voie rectale (Diastat). Certains nouveaux médicaments ne sont pas encore offerts au Canada, notamment la tiagabine, le zonisamide et le rémacémide.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur ces médicaments et autres anticonvulsivants, composez le 1-866-EPILEPSIE.


Les anticonvulsivants ont-ils des effets indésirables?

Tous les anticonvulsivants peuvent comporter des effets indésirables. Ceux-ci varient d’un médicament à l’autre et ne touchent que certaines personnes. Cependant, les anticonvulsivants sont couramment associés à de la somnolence, de la fatigue, des modifications du poids, des malaises d’estomac et des troubles de la concentration et de la mémoire.


Où puis-je obtenir de plus amples renseignements sur un anticonvulsivant spécifique?

Vous pouvez demander à votre pharmacien ou votre médecin, ou appeler le 1-866-EPILEPSIE pour connaître le bureau local membre de l’Alliance canadienne de l’épilepsie.


La chirurgie est-elle utilisée dans l’épilepsie?

Oui, on pratique la chirurgie du cerveau dans le traitement de l’épilepsie, mais seulement chez un faible pourcentage d’individus, et ce, uniquement lorsque tous les autres traitements se sont avérés inefficaces pour maîtriser adéquatement les crises. Au cours des dix dernières années, d’importants progrès ont été réalisés dans le traitement chirurgical de l’épilepsie. La chirurgie du cerveau consiste à sectionner la région du cerveau où les décharges épileptiques sont produites par les neurones (origine focale), lorsqu’il est possible de déterminer la zone où les crises débutent et d’en faire l’ablation de façon sécuritaire. Chez d’autres patients ne présentant pas d’origine focale bien précise, il peut être utile de déconnecter ou d’isoler chirurgicalement la région anormale afin que les crises ne se propagent plus aux parties normales du cerveau. Comme pour toute intervention chirurgicale, la chirurgie du cerveau comporte des risques. Néanmoins, chez les patients dont le foyer d’origine a été localisé, le taux de succès de la chirurgie s’élève à 80 p. cent.


Existe-t-il un régime spécial pour l’épilepsie?

Dans certains centres, le régime cétogène est utilisé pour traiter un petit nombre d’enfants atteints d’épilepsie réfractaire qui ne répondent pas aux traitements traditionnels. Il s’agit d’un régime rigoureux très riche en graisses qui s’échelonne sur plusieurs années et qui est difficile à administrer et à poursuivre. On ne peut pas prédire s’il sera efficace, mais un nombre considérable d’enfants notent une diminution marquée de l’intensité et de la fréquence de leurs crises. À l’heure actuelle, on ne juge pas que ce régime soit efficace chez les adultes.


Qu’est-ce que la stimulation du nerf vague dans le traitement de l’épilepsie?

La stimulation du nerf vague est indiquée pour maîtriser les crises difficiles à traiter. Un petit dispositif ressemblant à un stimulateur cardiaque est implanté près de la clavicule et transmet de faibles impulsions électriques au cerveau par le nerf vague situé dans le cou. Jusqu’à présent, les recherches ont démontré que la stimulation du nerf vague peut réduire la fréquence des crises de 50 p. cent ou plus chez environ la moitié des sujets.


Quelles thérapies alternatives sont utilisées dans l’épilepsie?

Les thérapies non traditionnelles ou paramédicales qui mettent l’accent sur l’intégration du corps et de l’esprit n’ont pas encore fait l’objet d’études approfondies dans le traitement de l’épilepsie. Certaines personnes ayant mis à l’essai les thérapies alternatives comme la relaxation, le yoga, l’acupuncture, l’aromathérapie, la rétroaction biologique (biofeedback), la nutrition et la thérapie comportementale ont éprouvé une amélioration de leur épilepsie et de leur qualité de vie.


Y a-t-il de nouveaux traitements médicaux contre l’épilepsie à l’horizon?

À l’avenir, l’épilepsie pourrait être traitée par de nouvelles formes de stimulation électronique du cerveau, des dispositifs implantés permettant d’administrer des médicaments directement dans les régions du cerveau où les crises débutent, par des thérapies géniques et par des greffes de cellules cérébrales immatures visant à remplacer les neurones endommagés ou absents.