Premier soins

Premiers soins pour une crise convulsive

p. ex. tonico-clonique, grand mal, fébrile

Premiers soins pour une crise non convulsive

p. ex. absence, partielle complexe
 .
Ne vous affolez pas! Vous pouvez venir en aide à la personne en crise.
Les crises convulsives sont intimidantes. Peu importe le nombre de crises dont vous avez été témoin, elles sont toujours impressionnantes. Par contre, peu importe qui vous êtes, vous pouvez faire beaucoup pour aider la personne en crise. Respirez profondément et suivez ces directives toutes simples.
Ne vous affolez pas! Vous pouvez venir en aide à la personne en crise.
Peu importe votre âge, vous êtes en mesure d’aider une personne en crise. Les premiers soins sont simples et dans la plupart des cas il suffit d’assurer la sécurité et le confort de la personne
 .
Regardez l’heure. Si la crise dure plus de 5 minutes, appelez l’ambulance.
La plupart des crises convulsives cessent au bout de deux à trois minutes, mais si la crise dure plus de 5 minutes, appelez l’ambulance immédiatement. Lorsque vous êtes témoin d’une crise, regardez l’heure, car la crise peut sembler durer une éternité alors qu’elle n’a duré que quelques minutes.
Regardez l’heure. Si la crise dure plus de 5 minutes, appelez l’ambulance.
C’est la règle de base pour les crises. Plus la crise est longue, plus la probabilité est élevée de nécessiter une intervention médicale. Consultez la section sur les soins ambulanciers pour savoir quand vous devez demander de l’aide.
 .
Expliquez à l’entourage ce que se passe. Demandez aux observateurs de s’écarter.
Lorsqu’une crise survient, les observateurs ne savent peut-être pas ce qui se passe et peuvent se rassembler autour. Expliquez-leur que la personne fait une crise qui se terminera sous peu. Demandez aux gens de s’écarter afin que la personne ne se sente pas envahie lorsqu’elle reprendra connaissance.
Expliquez à l’entourage ce qui se passe.
Les crises non convulsives peuvent être sournoises et avoir l’air très étranges ou affolantes. Si vous voyez quelqu’un en crise non convulsive, expliquez ce qui se passe aux gens autour pour qu’ils comprennent et ne soient pas effrayés ou désorientés.
 .
Placez quelque chose de mou sous la tête et le cou.
Placez un objet moelleux sous la tête et le cou de la personne qui fait une crise convulsive afin de prévenir les blessures à la tête. Vous pouvez utiliser ce que vous avez sous la main, comme un oreiller ou un veston plié.
Éloignez tout objet dangereux.
Retirez les objets que la personne en crise pourrait frapper ou qui pourraient la faire trébucher. Rappelez-vous que la personne qui est victime d’une crise n’est pas consciente de l’endroit où elle se trouve et qu’elle a besoin de votre aide.
 ..
Tournez la personne sur le côté pour prévenir la suffocation.
Durant une crise, la personne peut vomir ou saliver abondamment. Pour s’assurer qu’elle ne s’étouffe pas, tournez-la sur le côté de façon à permettre à la salive et à d’autres liquides de s’écouler et d’ainsi aider à dégager les voies respiratoires.
Éloignez doucement la personne de tout danger environnant.
Guidez doucement la personne loin de tout danger, par exemple les escaliers ou une rue achalandée. Observez attentivement ce qui se passe pour en faire part à la personne après la crise.
 .
Écartez tout objet dangereux.
Durant une crise, la personne sera saisie de secousses du corps, des bras et des jambes. Pour s’assurer qu’elle ne se blesse pas par ses mouvements, écartez les objets dangereux.
Ne retenez PAS la personne.
Les personnes épileptiques ne sont généralement pas agressives durant une crise. En cherchant à les retenir ou à les immobiliser, on risque d’aggraver leur agitation parce qu’elles ne comprennent pas ce qui se passe. Pour la sécurité de chacun, ne tentez jamais d’immobiliser une personne victime d’une crise.
 .
Ne mettez RIEN dans la bouche de la personne.
C’est un vieux mythe qu’insérer une cuillère dans la bouche de la personne en crise l’empêchera d’avaler sa langue. Ce n’est PAS VRAI et cela peut même être dangereux. En fait, la personne peut accidentellement s’étouffer, se casser les dents ou se mordre la langue ou les joues.
Parlez-lui doucement. Soyez gentil durant et après la crise.
Les crises sont désagréables et personne ne choisirait ce sort. Mais vous pouvez rendre les choses plus faciles et beaucoup plus tolérables pour la personne en lui parlant doucement et en la rassurant. Après tout, vous aurez peut-être besoin de cette aide un jour.
 .
N’immobilisez PAS la personne.
Vous ne pouvez pas interrompre la crise en retenant ou en secouant la personne. Si vous tentez de l’immobiliser, son corps entier se mettra à se contracter et elle pourrait se blesser ou vous frapper accidentellement.
Si une crise non convulsive devient convulsive…
Suivez les directives sous la rubrique crises convulsives. À l’occasion, une crise convulsive succède à une crise non convulsive. Ceci peut se produire très rapidement. Le cas échéant, observez les consignes de premiers soins détaillés dans la section portant sur les crises de type convulsif.
 .
Parlez-lui gentiment. Traitez la personne avec douceur durant et après la crise.
Après une crise, la personne sera léthargique et désorientée. En lui parlant doucement durant et après la crise, non seulement vous la rassurerez, mais vous vous calmerez aussi ainsi que les gens témoins de la crise.