Comment diagnostique-t-on l’épilepsie?


Comment diagnostique-t-on l’épilepsie?

Il n’existe aucun test pour diagnostiquer une crise ou l’épilepsie. Le diagnostic du médecin repose sur une enquête approfondie de la première crise (incluant les témoignages des observateurs), l’examen physique, les antécédents familiaux et les tests d’appoint comme l’EEG, la tomodensitométrie et l’IRM.


Qu’est-ce qu’un EEG?

L’électroencéphalogramme, ou EEG est un test qui mesure l’activité électrique du cerveau – les ondes cérébrales – à travers la peau. Au cours de ce test indolore, de petits capteurs appelés électrodes sont fixés au cuir chevelu du patient. L’activité électrique captée par chaque électrode est enregistrée sous forme de tracé EEG. Les tests effectués sur des épileptiques montrent fréquemment une activité inégale ou des changements importants du voltage des ondes cérébrales (pics). Divers profils d’activité à différents endroits sur le cuir chevelu indiquent différents types d’épilepsie.


Quelle est l’exactitude de l’EEG?

L’EEG n’est pas à toute épreuve. Il peut seulement mesurer les anomalies de l’activité électrique qui surviennent durant le test. Parfois, le cerveau de la personne épileptique fonctionne normalement durant le test, ou encore les profils électriques sont trop profonds dans le cerveau pour être captés par les électrodes. Lorsque l’EEG ne révèle aucune anomalie, il arrive souvent que le patient soit placé sous surveillance EEG continue à l’hôpital durant une période de 24 heures. Environ 20 % des épileptiques présentent des EEG normaux, et un faible pourcentage de personnes qui ne font pas d’épilepsie, présentent des anomalies à l’EEG!


Quels autres tests sont parfois utilisés?

Les tests de neuroimagerie sont souvent recommandés, même dans les cas d’épilepsie de longue date, lorsque la cause est d’origine inconnue.

  • La tomodensitométrie utilise le traitement informatique et les rayons X pour reproduire une image 3-D du cerveau.
  • L’imagerie par résonance magnétique (IRM) permet de définir avec plus de précision les structures du cerveau par une image 3-D. Tous les courants électriques produisent des champs magnétiques; or l’IRM mesure la force de ces champs.
  • La spectroscopie par résonance magnétique (SRM), qui peut être utilisée en conjonction avec l’lRM structurelle ou la tomodensitométrie, fournit de l’information sur le fonctionnement et la biochimie du cerveau.
  • L’IRM fonctionnelle (IRM-f) permet de visualiser des régions distinctes d’activité cérébrale.
  • La tomographie par émission de positrons (TEP) est une technique très spécialisée, coûteuse et peu accessible qui étudie le débit sanguin et le métabolisme du cerveau.
  • La tomographie d’émission monophotonique (TEM) est beaucoup moins coûteuse et plus simple sur le plan technique pour mesurer le débit sanguin dans le cerveau.

wave