Sécurité


sécurité générale

Réaliser un équilibre entre les risques de la vie et ses récompenses, voilà sans doute la clé du mieux-être.

Être affecté d’épilepsie, pour certains, peut augmenter les risques pour la vie. Devriez-vous prendre des mesures de sécurité spéciales? Cela dépend du genre de crises que vous avez, de leur fréquence, et des choses que vous considérez comme importantes dans la vie.

Lorsque vous avez tendance à avoir des crises, vous devez faire un équilibre entre la façon dont vous désirez mener votre vie – votre liberté personnelle – et votre sécurité personnelle.

Si vous n’avez que de brèves absences épileptiques, ou que vous n’avez des crises que durant votre sommeil, les risques que vous subissiez des blessures sont plutôt faibles. Les personnes sujettes à des crises fréquentes qui affectent leur conscience et se présentent sans avertissement (particulièrement des convulsions et des effondrements épileptiques) sont les plus à risque de se blesser.

Des études ont démontré que seulement 1 p. 100 des crises résultent en des blessures. Les accidents ne sont pas répartis uniformément parmi les patients épileptiques; ceux qui ont des accidents en ont généralement plus d’un. De façon générale, le pourcentage annuel du risque qu’une personne affectée d’épilepsie visite une salle d’urgence pour une blessure due à une crise est estimé à 5 p. 100.

Il est clair que certaines activités qui ont lieu en hauteur, près de l’eau ou de quelque autre source de danger augmentent vos risques de blessures si vous êtes sujet à avoir des crises. Demandez-vous alors : Cette activité peut-elle se faire de façon plus sécuritaire ? Cette activité est-elle suffisamment importante pour moi pour que je coure le risque qu’elle comporte?

Sécurité personnelle : Comment réduire les risques

Chacun d’entre nous – ainsi que les membres de sa famille – doit évaluer l’importance d’une activité en regard du risque de blessures qu’elle comporte. La réponse dépend parfois de la santé, des préférences et du mode de vie de la personne. Prenez les décisions qui auront un effet positif sur votre vie !

Les personnes affectées d’épilepsie ne devraient pas être surprotégées. Rappelez-vous que les restrictions n’empêcheront pas à coup sûr que des accidents arrivent. Lorsqu’un certain risque est inévitable, il est important de ne pas réagir avec excès, étant donné que des restrictions non nécessaires sur l’indépendance d’une personne (particulièrement les enfants affectés d’épilepsie) peuvent causer un dommage plus grand que l’accident potentiel.

L’information ci-dessous vous aidera à prendre conscience des risques auxquels vous pouvez être confrontés et vous offre des moyens de vous aider à vivre une vie sécuritaire et active. Prenez quelques instants pour préparer ces procédures de sécurité de base qui s’appliquent directement à votre type de crises. Concentrez-vous ensuite sur toutes les choses que vous pouvez faire. L’objectif consiste à équilibrer vos préoccupations pour la sécurité avec votre désir de vivre plus sereinement.

Les gens de votre entourage savent-ils comment vous aider en cas de crise?
  • Assurez-vous que votre famille, vos amis, vos professeurs ou collègues de travail connaissent les premiers soins à dispenser en cas de crise.
  • Vous et votre famille devriez connaître les premiers soins en cas de suffocation.
  • Portez un bracelet ou un collier d’alerte médicale (disponible auprès de Medic Alert au numéro 1-800-668-1507).
  • Évitez les facteurs qui déclenchent des crises, comme oublier de prendre vos médicaments, ne pas prendre suffisamment de sommeil ou consommer de l’alcool.
  • Portez un petit téléphone ou avertisseur portatif, préprogrammé, au cas où vous devriez appeler de l’aide pendant que vous êtes éloigné d’un téléphone.
    Sécurité générale à la maison

    Avez-vous déjà fait une chute ou subi des brûlures pendant une crise à la maison? En apportant des changements spécifiques à votre domicile, vous pouvez réduire de beaucoup de tels risques.

  • Installez sur les planchers, y compris dans les entrées et les salles de bain, un tapis à velours dense avec un sous-tapis épais.
  • Capitonnez les arêtes aiguës des tables et autres meubles. Ne laissez pas de tiroirs ouverts.
  • Évitez les lampes sur pied ou de table et les décorations en verre.
  • Dans la mesure du possible, asseyez-vous lorsque vous effectuez des tâches ménagères ou utilisez des outils.
  • Installez des barrières fixes ininflammables devant les radiateurs et les foyers.
  • Évitez de fumer, d’allumer des feux ou des bougies lorsque vous êtes seul.
  • Gardez les planchers libres de tout désordre et attachez les cordons électriques qui pendent.
  • Évitez de grimper sur une chaise ou dans une échelle, spécialement lorsque vous êtes seul.
  • Installez une barrière de sécurité au haut des escaliers abrupts.
  • Utilisez des appareils électriques, des outils électriques, etc., à coupure automatique, dans la mesure du possible.
  • Faites attention aux fers à repasser, séchoirs à cheveux, tondeuses, scies, machines à coudre, etc.
  • Verrouillez-bien les portes de l’intérieur si vous avez tendance à errer durant une crise. Envisagez la possibilité d’installer une alarme sur la porte donnant à l’extérieur, pour alerter les autres.
  • Si vos crises sont très fréquentes et soudaines, envisagez de porter un casque avec masque facial et/ou des protège-coudes ou des protège-genoux, au moins quand vous êtes seul à la maison.

  • sécurité à la maison

    Vous vivez seul?

    Si vous vivez seul, prévoyez l’aide d’un ami si vous avez besoin d’être surveillé. Préprogrammez votre téléphone à vos numéros de personnes à aviser en cas d’urgence. Une souscription à un bouton d’aide personnel Lifeline® (1-800-387-1215) vous donne accès par bouton-poussoir à un “répondant” à partir de votre maison.

    Avez-vous déjà eu une crise dans la baignoire?

    Voici ce que vous pouvez faire pour réduire les risques de vous blesser ou de vous noyer:

  • Prenez des douches plutôt que des bains.
  • Vérifiez régulièrement si le drain de votre bain fonctionne. Ne laissez pas de débarbouillettes ou d’éponges bloquer le drain, ce qui remplirait d’eau la baignoire.
  • Collez des bandes antidérapantes ou placez un tapis de caoutchouc sur le plancher de la douche.
  • Ne prenez une douche que lorsqu’il y a quelqu’un d’autre à la maison. (Si vous chantez dans la douche, cela indiquera aux autres que tout va bien.) Autrement, lavez-vous devant le lavabo à l’aide d’une éponge de bain.
  • Réglez le thermostat du chauffe-eau bas pour éviter de vous échauder. Ouvrez l’eau froide d’abord et fermez l’eau chaude en premier.
  • Méfiez-vous des douches à l’eau très chaude – certaines personnes ont constaté que la chaleur est un déclencheur de crises. Gardez votre salle de bain bien ventilée.
  • Si vous tombez fréquemment durant les crises, l’utilisation d’un siège pour douche/baignoire avec une courroie de sécurité, d’une douche téléphone et d’une serviette repliée sur les bords de la baignoire, peut vous être utile.
  • Évitez les portes de douche en verre. Utilisez des miroirs en verre incassable.
  • Ne verrouillez pas la porte de la salle de bain. Une affiche “Occupé” fera l’affaire.
  • Installez la porte de votre salle de bain de façon qu’elle s’ouvre vers l’extérieur et non vers l’intérieur, au cas où vous tomberiez contre une porte fermée.
  • Évitez d’utiliser des séchoirs à cheveux, des rasoirs électriques ou autres appareils électriques dans la salle de bain, ou près de l’eau, ou lorsque vous êtes seul.
  • Pensez à utiliser un siège de toilette capitonné.
  • Sécurité dans la chambre à coucher
  • Évitez d’utiliser des cadres de lit à arêtes vives ou des tables de nuit à coins aigus.
  • Évitez le lit du haut d’un lit superposé.
  • Évitez les surfaces de sommeil pouvant causer une suffocation, comme les lits d’eau.
  • Si un oreiller cause un problème, jetez-le ou utilisez un oreiller “anti-étouffement” (en mousse alvéolée).
  • Un moniteur dans votre chambre à coucher peut aviser les autres au son d’une crise type.
  • On peut maintenant se procurer des alarmes haute technologie spécifiques aux crises (déclenchées par les mouvements de crise dans un lit et reliées à un téléphone à composeur automatique) de British company Aremco au numéro de téléphone 011 44 1622 858502.
  • Avez-vous déjà eu une crise en faisant la cuisine?

    Évitez les brûlures, les coupures et autres blessures en prenant les mesures ci-dessous:

  • Utilisez un four micro-ondes pour faire bouillir de l’eau et pour la cuisson.
  • Lorsque vous utilisez une cuisinière
  • Servez-vous des ronds arrière autant que possible.
  • Les poignées des casseroles devraient être tournées vers le côté ou vers l’arrière.
  • Utilisez une plaque de protection qui s’adapte sur le côté ou l’avant de la cuisinière.
  • Utilisez des gants de cuisinier longs et épais pour atteindre des plats chauds dans un four.
  • Faites la cuisine lorsqu’il y a quelqu’un d’autre à la maison dans la mesure du possible.
  • Procurez-vous une bouilloire et un fer à repasser à coupure automatique.
  • Évitez les couteaux, les trancheuses, etc. Utilisez un mélangeur, un robot culinaire ou des aliments déjà coupés ou préparés.
  • Envisagez de vous procurer une planche à repasser encastrée au mur ou de table.
  • Utilisez de la vaisselle incassable afin de prévenir les coupures, et des tasses avec couvercles afin de prévenir les blessures.
  • Évitez de transporter de la nourriture ou des liquides.
  • Lorsque vous utilisez un lave-vaisselle, assurez-vous que les couteaux et autres ustensiles aigus ont leurs lames pointant vers le bas et sont placés sécuritairement hors de votre chemin.
  • Portez des gants de caoutchouc lorsque vous lavez de la vaisselle en verre ou lorsque vous manipulez des couteaux.

  • Sports et divertissements

    La plupart des sports et activités récréatives sont sécuritaires et bénéfiques pour les personnes affectées d’épilepsie, car ils permettent de se tenir en forme et de réduire le stress, tout en maintenant la masse osseuse. Voici quelques consignes de sécurité:

  • Portez les accessoires de sécurité appropriés, comme des casques, des flotteurs, des protège-coudes et protège-genoux.
  • Pratiquez vos sports sur des surfaces molles comme du gazon ou des tapis d’exercice dans la mesure du possible.
  • Ne faites pas d’exercices épuisants et prenez des pauses fréquentes.
  • La natation peut être sécuritaire et agréable, mais assurez-vous d’être toujours accompagné d’un nageur expérimenté.Informez le sauveteur au sujet de vos crises et envisagez de porter un casque de bain facilement identifiable ou un flotteur.
  • Essayez d’éviter ou modifiez les sports qui présentent des risques accrus de blessures à la tête. Par exemple, le touch-football est plus sécuritaire que le football avec plaquages (pour tout le monde).
  • Pour faire de la bicyclette ou du patin à roues alignées, portez un casque, des protège-genoux et des protège-coudes. Si la doublure du casque a été endommagée dans un accident, il faut remplacer le casque au complet. Évitez les chemins achalandés et les voyages en solo.
  • Évitez de faire du bâteau, de la motoneige ou du ski en solo. Pensez à utiliser une courroie et un crochet de sécurité lorsque vous prenez une remontée mécanique.
  • Le parachutisme, la plongée sous-marine ou le deltaplane ne sont pas recommandés.
  • Avant de pratiquer les sports qui mettraient votre vie en danger advenant que vous deviendriez soudainement inconscient, réévaluez les risques et les avantages.

  • Transport et Sécurité en Milieu de Travail

    Êtes-vous sujet à avoir des crises lorsque vous voyagez?

  • Ne conduisez pas de voiture à moins d’avoir un permis valide et de ne pas avoir de crises.
  • Si vous ne pouvez pas conduire à cause de l’épilepsie, envisagez de recourir à des services locaux de covoiturage, de transport adapté ou de transports publics. Les personnes handicapées sont parfois admissibles à des escomptes locaux sur les transports.
  • Si vous avez des crises fréquentes, la sécurité accrue qu’offre un taxi peut valoir le coût supplémentaire.
  • Si vous avez tendance à errer durant une crise, faites-vous accompagner d’un ami lorsque vous voyagez.
  • Si, lorsque vous prenez un train, un autobus ou un avion, vous devez voyager avec un compagnon à cause de vos crises, ce dernier peut être admissible à un escompte. Communiquez avec l’Alliance canadienne de l’épilepsie de votre région pour avoir plus d’information.
  • Si des escaliers ou escaliers mobiles sont exceptionnellement abrupts, utilisez plutôt l’ascenseur.
  • En vacances, apportez suffisamment de médicaments pour tout le voyage et apportez avec vous une copie de votre prescription et le numéro de téléphone de votre médecin.
  • Si vous êtes cloué à la maison en raison de vos crises, essayez d’obtenir un chien entraîné en cas de crise.

  • Sécurité en milieu de travail

    Il est souvent possible de rendre les postes de travail plus sécuritaires avec quelques adaptations, et dans la plupart des provinces, les employeurs sont tenus de faire des adaptations raisonnables pour leurs employés affectés d’un handicap. Voici quelques conseils utiles:

  • Étudiez les risques que présentent pour vous un poste de travail. Est-il possible de changer quelque chose pour améliorer la sécurité? On peut obtenir des conseils précieux du spécialiste en adaptation des lieux de travail au CCRT en téléphonant au 1-800-664-0925 ou au 416-260-3060.
  • Mentionnez à vos collègues de travail que vous êtes épileptique et informez-les des premiers soins appropriés à donner en cas de crise. Ceci aide souvent à apaiser les craintes et à corriger des préjugés. L’Alliance canadienne de l’épilepsie de votre région peut vous aider.
  • Essayez de maintenir des heures de travail régulières de façon à ne pas passer trop d’heures sans dormir.
  • Ne montez qu’à une hauteur d’où vous pouvez tomber sans danger, spécialement sur un plancher en béton, à moins d’être protégé par un harnais de sécurité fiable et de porter un casque.
  • Lorsque vous travaillez près de machinerie, vérifiez les fonctions de sécurité, comme les coupures automatiques ou les dispositifs de sécurité.
  • Selon la nature de votre travail et les exigences de votre lieu de travail, pensez à porter des vêtements protecteurs si vous avez des crises fréquentes.
  • Gardez des vêtements de rechange au travail au cas où vos vêtements seraient salis durant une crise.

  • Feux clignotants

    Un faible pourcentage des personnes affectées d’épilepsie sont “photosensibles”, ce qui veut dire que pour eux, des clignotements forts, extrêmements rapides, ou des effets stroboscopiques sont des déclencheurs de crises. Si vous êtes photosensibles, essayez de limiter votre exposition à des feux clignotants (comme des lampes stroboscopiques ou des jeux sur ordinateur hautement animés) et utilisez des verres teintés. Lorsque l’exposition est inévitable, vous pouvez réduire l’effet photosensible en vous couvrant un oeil. Pour les personnes affectées d’épilepsie, ce n’est généralement pas un problème de regarder la télévision ou d’utiliser un ordinateur.


    Questions de Sécurité Médicales

    État de mal épileptique

    La plupart des crises se terminent naturellement en deçà d’une ou deux minutes, et ne présentent pas de risques importants à la santé. Toutefois, dans certains cas, une crise peut se prolonger un certain temps, ou se répéter sans que la personne ait repris conscience. Il s’agit alors d’une urgence médicale appelée état de mal épileptique. Cet “état” devrait toujours être traité par un médecin.

    Pratiquement tout type de crise peut se présenter comme un état. On croit qu’une crise tonique-clonique (grand mal) qui dure plus d’une heure peut causer un dommage au cerveau. Ainsi, si une crise se prolonge plus que cinq minutes sans interruption, ou se répète avant que la personne ait repris pleine conscience, appelez un médecin immédiatement.

    Plus de 15 p. 100 des patients épileptiques ont au moins un épisode d’état de mal épileptique. Une cause courante est le faible niveau de médicaments dans le sang. C’est pourquoi il est si important que vous preniez vos médicaments. (La sécurité des médicaments eux-mêmes sera discutée dans un numéro à venir de Questions d’épilepsie.)

    Certaines personnes sont particulièrement sujettes à l’état de mal épileptique, ou à des crises répétitives aiguës, appelées crises groupées (c.-à-d. deux ou plusieurs crises séparées par des périodes de conscience).

    Parfois, les dispensateurs de soins peuvent aider en administrant des médicaments d’urgence comme le diazepam (Valium) ou le lorazepam (Ativan). Une nouvelle thérapie à la maison, le gel rectal diazepam à action rapide (Diastat), est maintenant disponible pour stopper les crises répétitives. Ceci peut également réduire les risques pour les personnes qui vivent dans des régions rurales, à de longues distances des services médicaux d’urgence. Si vous pensez que vous pouvez avoir besoin d’un préparation comme le Diastat, consultez votre médecin.

    SUDEP

    Le syndrome de la mort subite en épilepsie (SUDEP) désigne la mort soudaine d’une personne affectée d’épilepsie, pour des raisons obscures. Le taux de SUDEP est estimé à environ 1 par 1 000 patients épileptiques dans une année, généralement une personne âgée de 20 à 40 ans, qui avait des difficultés avec les crises toniques-cloniques. Bien que la plupart des morts subites en épilepsie ne soient pas attestées, il y a une preuve que ce type de mort subite est souvent précédé par une crise.

    La cause de la mort subite en épilepsie (SUDEP) étant toujours inconnue, il est encore impossible de la prévenir, mais voici quelques suggestions qui peuvent peut-être réduire le risque:

  • Prenez votre médicament anticonvulsivant selon les directions.
  • Essayez d’atteindre le meilleur contrôle des crises. Adoptez un mode de vie sain, apprenez à gérer votre stress et adoptez des habitudes de sommeil régulières.
  • Évitez l’usage de drogues, la consommation excessive d’alcool et vos déclencheurs de crises.
  • Les membres de votre famille peuvent apprendre la RCR.
  • Pour plus d’information, communiquez avec la SASA (SUDEP Awareness and Support Association) par courriel au peace2u@axxent.ca.
  • Rappelez-vous qu’il est important pour les personnes aux prises avec une épilepsie non contrôlée de faire un compromis entre un risque de mort légèrement accru et la nécessité de vivre une vie aussi normale que possible. Il y a généralement très peu de choses que les personnes affectées d’épilepsie ne peuvent pas faire.


    Chiens entraînés en cas de crise

    Les chiens entraînés en cas de crise sont de plus en plus utilisés comme moyen de donner aux personnes affectées d’épilepsie qui ont peur d’avoir une crise lorsqu’elles sont seules un plus grand sentiment de sécurité, de confiance et de mobilité.

    Sue Hoffman et son chien Seiko entraîné en cas de crise

    Un chien entraîné en cas de crise est un chien qui a été entraîné pour réagir une fois qu’une crise a commencé en obtenant de l’aide, en protégeant la personne durant la crise, ou en guidant la personne dans un endroit sûr durant une crise partielle complexe.

    Qu’en est-il des chiens d’alerte en cas de crise ? Il s’agit des chiens entraînés en cas de crise dont on prétend qu’ils peuvent prédire en quelque sorte l’avènement d’une crise et alerter leur maître bien avant que la crise ne se produise réellement. S’agit-il d’un fait ou de fiction?

    Selon une étude britannique publiée dans la revue Seizure, six chiens présélectionnés ont été entraînés avec succès par le Support Dogs Training Centre (Centre de formation des chiens de soutien) à Sheffield, Angleterre, pour capter les changements subtils dans le langage corporel ou le comportement de leurs maîtres de 15 à 45 minutes avant le début d’une crise, et pour fournir des signaux d’alerte de façon à avertir qu’une crise se prépare.

    Au Canada, les entraîneurs de chiens en cas de crise ne promettent pas que les chiens qu’ils entraînent seront capables de détecter les crises à l’avance.

    Un mot de mise en garde. Les chiens entraînés en cas de crise coûtent cher à entraîner et sont difficiles à acquérir. Vous aurez peut-être besoin d’être sur une liste d’attente et de demander de l’aide pour couvrir les frais au moyen d’une levée de fonds.

    Communiquez avec les ressources ci-dessous pour les chiens entraînés en cas de crise:

  • Le Dog Guide Training Centre de la Fondation des Lions du Canada, qui reçoit les demandes de personnes qualifiées de tout le Canada, sans frais (Téléphone: (905) 842-2891 ou courriel info@dogguides.com).
  • Key Companions Service Dogs (Téléphone : (905) 857-9547 ou courriel: fur4all@home.com);
  • West Coast Access (Téléphone (604) 485-6062);
  • et le U.S. Company Paws with a Cause (Téléphone (616) 877-7297).